Le Dr Thiendou NIANG, Directeur du cabinet Afrique communication, agence de communication basée à Dakar a été sollicité par le Programme National de Développement Local (PNDL) pour la capitalisation des bonne pratiques de développement local au Sénégal.

Pendant cinq ans, de 2006 à 2011, la mise en œuvre du Programme national de développement local (PNDL) a été marquée par plusieurs jalons qui ont eu un impact positif sur la décentralisation et le développement local.
Au plan institutionnel, la révision du cadre juridique, réglementaire et organisationnel a donné lieu à des innovations qui ont permis d’améliorer les pratiques de gouvernance locale. La restructuration des agences régionales de développement (ARD) et la mise en place, dans la région de Louga, des maisons du développement local sont des exemples d’innovation institutionnelle.
Au plan financier, le PNDL a favorisé le transfert d’importantes ressources, de l’Etat et des partenaires au développement vers les collectivités locales. Celles-ci ont réalisé près de 4000 microprojets, pour un montant de 31 milliards de FCFA, particulièrement dans les domaines de l’hydraulique, de l’éducation et de la santé.
Au plan organisationnel, les initiatives développées au niveau régional par les agences d’exécution concernent, en majorité, l’appui à la maîtrise d’ouvrage des investissements publics locaux aux collectivités locales et le développement de la coopération entre celles-ci, les organisations communautaires de base et le secteur privé local.
La plupart de ces initiatives méritaient d’être formalisées dans une perspective de diffusion et de partage des enseignements de développement local, en vue d’améliorer les pratiques et d’inspirer la nouvelle orientation du développement du Sénégal.
Le premier chapitre de cet ouvrage, consacré au cadre fédérateur des interventions au niveau local, montre que l’amélioration du cadre institutionnel de la décentralisation et la mobilisation conjointe des ressources financières, associées au renforcement des capacités des acteurs, permettent d’assurer aux communautés de base une offre de services socio-économiques de qualité.
La réforme institutionnelle que constitue la fonction publique locale, abordée au deuxième chapitre, met l’accent sur l’importance d’une réforme qui répond aux exigences d’unité, de mobilité et de respect du principe de la libre administration des collectivités locales.
Le troisième chapitre aborde le thème des conférences d’harmonisation régionale instituées par l’Etat, et appliquées aux régions de Diourbel, Kaolack et Tambacounda ; il démontre que celles-ci ont permis d’asseoir une méthodologie et des outils aptes à harmoniser les interventions des acteurs.
L’analyse des cadres locaux de concertation, objet du quatrième chapitre, montre que la participation des acteurs au processus décisionnel local favorise le renforcement de la démocratie locale. Le renforcement des capacités des collectivités locales en passation de marchés publics, abordé au chapitre suivant, a contribué à l’utilisation optimale des ressources financières du Fonds de développement local.
Le sixième chapitre traite de la double planification entreprise dans la région de Louga. On y découvre comment cette approche répond au souci de trouver une réponse adaptée à la problématique de la cohérence entre les différentes échelles de planification.

Dans le partenariat entre les collectivités locales et les organisations communautaires de base, analysé au septième chapitre, il apparaît que le processus d’élaboration d’une charte de partenariat facilite le consensus entre les collectivités locales et les organisations communautaires de base dans la cogestion des affaires locales.
Au huitième chapitre, le « parcours d’un entrepreneur local » renseigne sur le renforcement des capacités des porteurs d’initiatives économiques en tant que facteur de promotion du secteur privé local.
La dernière expérience révèle enfin que le renforcement des capacités des mutuelles de crédit et leur collaboration avec les ARD et les collectivités locales conduisent à une maîtrise progressive de l’épargne et du financement de l’économie locale.
Toutes ces initiatives permettent de mieux comprendre les progrès réalisés en matière de dynamique de développement local impulsé par l’Etat à travers le PNDL et ses agences d’exécution, ainsi que les innovations des collectivités locales, accompagnées par les ARD, les services techniques déconcentrés, les organisations communautaires de base et les entreprises privées locales, pour l’harmonisation des interventions et la cohérence des politiques locales.

Afrique Communication est une agence de communication africaine basée à Dakar (Sénégal), spécialisée dans l’élaboration de stratégie de communication: audit de communication, plan de communication, stratégie de plaidoyer, stratégie de gestion des connaissances, stratégie de communication digitale, référencement internet (site web, Google), relations publiques et relations médias.

Afrique Communication, agence de communication africaine basée à Dakar (Sénégal), offre aussi des formations de qualité sur le référencement internet (site web, Google), les médias sociaux (réseaux sociaux), l’enquête de satisfaction, la prise de parole en public, la capitalisation d’expérience, l’accueil et la vente ainsi que  le personal branding.

Views: 234

Attachments:

Any comment to this

Donate !

We all get a great deal out of our engagement in KM4Dev. Maybe you would be happy to express appreciation through a regular voluntary contribution. Crowd funding works! 

background and info

________________________________

***

note if the donate link above does not work for you, click here on donate! and at the bottom of that page click on the donate logo

***

Members

© 2022       Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service